Histoire du Tamaskan

Au commencement, des chiens du Nord

L’aventure a commencé dans les années 80, avec 5 chiens d’origine inconnue de type husky importés au Royaume-Uni. Plusieurs croisements ont été réalisés avec des Alaskan Malamutes, des Siberian Huskies et des croisés type berger Allemand – dans le but d’obtenir un chien de famille qui ressemblerait à un loup avec quelques aptitudes au travail.

L’idée originelle était de créer un chien au physique de loup mais sans apport de sang de loup. Et les programmes de reproductions à l’époque n’étaient pas aussi scrupuleusement suivis qu’ils le sont aujourd’hui.

Du fait de divergences dans la manière de conduire le développement de la race, plusieurs schismes ont eu lieu et ont aboutit à la création d’autres races comme le Northern Inuit ou l’Utonagan.

Pendant ce temps-là, le développement de la race a continué et des protocoles de suivi de santé ont commencé à être mis en place. Petit à petit, un code d’éthique de l’élevage a vu le jour. Malheureusement, du fait des reproductions mal suivies au départ, certains problèmes de santé latents ont été découverts. La priorité était donc de revenir à un développement d’une race « saine ».

L’avènement du Tamaskan Dog Register

D’autres chiens ont été importés – toujours avec l’objectif d’avoir un chien de famille lupoïde avec certaines compétences au travail. Afin d’éviter les erreurs du passé, le Tamakan Dog Register (TDR) a été créé en 2006. De nouveaux chiens ont été utilisés pour apporter un peu de diversité génétique et d’éviter la consanguinité : ces chiens ont été choisis parce qu’ils correspondaient aux critères morphologiques et comportementaux de ce qui est recherché chez le Tamaskan.

En 2012, des révélations sur les origines de la race ont causé un nouveau schisme et un profond remaniement du TDR. Depuis ce jour, le TDR met un point d’honneur à rester transparent sur le développement de la race : tests de santé, filiation, suivi de la diversité génétique, …

A ce jour, les éleveurs de tamaskans doivent s’engager auprès du TDR à respecter l’éthique et l’objectif de la race : avoir un chien de famille au physique lupoïde. La sélection des reproducteurs se fait notamment grâce aux tests de santé et aux évaluations comportementales. Afin d’éviter la consanguinité et permettre d’amener des traits intéressants, l’apport d’outcross est possible sur validation du TDR seulement.

En France, l’aventure n’en est qu’au début

En France, Le Lignage fut le premier élevage à s’être installé. 2 portées ont vu le jour : les Castelcerf (dont Makea est issue) et les Wizzard. Mulion’s Tamaskan est le second élevage avec la portée Ehawee. Puis c’est désormais notre tour, avec les Avengers !