Tempérament et caractère

 

Le tamaskan étant une race en construction, les lignées ne sont pas toutes similaires concernant le physique mais aussi les tempéraments. Certains traits peuvent être plus ou moins développés ou moins.

 

Un chien de compagnie

Il est attaché à sa famille qu’il suivra dans toutes ses activités. Très social, il a besoin d’être en contact avec ses humains et ses congénères. Il supportera mal la solitude – il vous faudra alors lui aménager des « occupations » pour éviter les hurlements et les destructions.

S’il rejoint un foyer qui possède déjà un chien, il y a de grandes chances pour que le chiot calque certains comportements de cet aîné – les bonnes comme les mauvaises. A vous de faire le tampon et de reprendre votre chiot quand certaines manies ne vous plaisent pas. L’avantage reste quand même que, dans de nombreux cas, la présence d’un congénère lui suffit et vous permette de vous absenter plus sereinement.

 

Un chien indépendant

Il n’a pas toujours besoin d’être à côté de vous pour faire des choses. Tant qu’il vous a à portée de vue ou d’ouïe, cela peut lui suffire pour être rassuré et continuer son activité. Et peu lui importe si vous, vous ne le voyez plus. Certains ont assez de confiance en eux pour partir loin devant et revenir de temps à autre vérifier si vous êtes toujours là.

 

Un chien qui réfléchit

Ce n’est pas forcément le genre à foncer tête baissée vers ce qui se présente à lui. Le tamaskan peut s’asseoir, observer et ensuite décider de la marche à suivre. Attention à ne pas paraître trop énervé quand vous le rappelez, sinon, il risque de ne pas venir ! C’est aussi un chien qui trouvera des solutions. Votre clôture présente une faille mais vous vous dites que le chien ne le verra pas ? Si, il le trouvera. En sautant sur la porte, votre tamaskan l’a ouverte ? Ok, il sait désormais ouvrir les portes.

 

Un chien qui a besoin de se dépenser

Les chiens utilisés pour créer la race étaient des chiens de travail. De nos jours, toutes les lignées ne se valent pas, mais les tamaskans ont gardé le goût de l’extérieur. Randonnées à pied ou en VTT, vous pouvez aussi vous lancer dans le cani-VTT ou la cani-marche. Ce genre d’activité vous permettra de consolider votre lien tout en lui offrant dépense physique et exploration.

 

Le tamaskan peut aussi avoir des côtés qui vous embêtent (mais qui ne sont pas mauvais !).

Là encore, tous les tamaskans ne développent pas ces traits. Mais certains y sont sujets alors vaut la peine de vous y préparer.

Certains tamaskans sont malades en voiture. Il n’y a pas de remède miracle, c’est l’habituation qui permettra au chien de surmonter ça. Donc je vous conseillerai de faire des petits trajets tous les jours, suivis d’une grande récompense (exemple : tour du pâté de maison suivi d’une grande balade). Si vous avez un grand trajet à faire, prévoyez des pauses et éventuellement, une médication qui permettra au chien de ne pas trop subir.

Certains tamaskans sont destructeurs. Ils aiment mâchouiller, déchiqueter, mordiller, … Ce n’est pas contre vos affaires, c’est simplement un besoin masticatoire qu’ils doivent combler. Et pour peu qu’ils soient frustrés, ils passeront leurs nerfs sur ce qu’ils ont à disposition. Alors pensez à ranger vos affaires, et à leur donner de quoi détruire.

Certains tamaskans ont une séquence de prédation qui se déclenche facilement. Cela veut dire qu’une odeur en forêt peut captiver le chien au point où il ne nous entend plus, qu’un lapin qui détale au loin peut le stimuler assez pour qu’il se mette à courir et ne revienne pas. Pour limiter les mauvaises surprises, vous pouvez utiliser une longe que vous rattraperez avant que le chien soit trop loin. Je vous conseille aussi de travailler le rappel avec distractions et la cessation.